Séminaire « APPARTENANCES DANS LES AMÉRIQUES »

« (Dé)Territorialisation des identités dans les Amériques »

DANS LE CADRE DU PROJET SCIENTIFIQUE DU LABORATOIRE HCTI (HÉRITAGES ET CONSTRUCTIONS DANS LE TEXTE ET L’IMAGE), LE GROUPE « AMÉRIQUES » PROPOSE UNE DEUXIÈME SÉANCE DE SÉMINAIRE SUR LA PROBLÉMATIQUE DE LA « (DÉ)TERRITORIALISATION DES IDENTITÉS DANS LES AMÉRIQUES » À L’UNIVERSITÉ DE BRETAGNE SUD À LORIENT.

Cette séance propose de considérer les liens entre l’appartenance à des territoires donnés et la construction des identités, ou l’absence de liens entre territoires et maintien ou formation des identités, d’où la notion de déterritorialisation des identités. Ceci nous amène à nous poser la question du rôle des frontières des territoires et celui de ces espaces dans la construction, la pérennité et/ou la disparition des identités. La nécessité de frontières géographiques et de frontières ethniques (telles que F. Barth les définit) pour que les individus se sentent membres d’un groupe donné pourra être remise en question puisque l’on note, notamment en cette période de grandes migrations et de mondialisation, un phénomène de déterritorialisation des identités.

La construction autant que le maintien des identités individuelles, comme collectives, sont-ils conditionnés par l’association à un territoire précis ?

Le sentiment d’appartenance à un groupe dépend-il nécessairement ou de façon optionnelle à un ancrage territorial ? Terre natales, terres d’adoption, terre d’exil, temporaires ou définitives, peuvent se révéler être des espaces d’ancrage physique, psychologique ou affectif. Mais cet attachement est-il ou doit-il être pérenne pour que les individus sentent qu’ils appartiennent à un groupe ? Les Indiens d’Amérique du Nord comme ceux d’Amérique Latine par exemple, entre ségrégation et politique de déplacement, peuvent-ils s’en remettre aux territoires auxquels ils sont traditionnellement associés pour préserver leur spécificité identitaire ? Les migrants, en s’installant dans de nouveaux territoires nationaux, ou les familles en déménageant dans d’autres régions, sont-ils des témoins du leurre du concept de territorialisation des identités ? Les progrès des nouvelles technologies ont-ils changé les systèmes de socialisation et d’identification ?

Autant de questions qui peuvent alimenter la réflexion concernant la problématique de l’appartenance dans les Amériques et du rôle des territoires dans la construction des identités. Les approches pourront être pluridisciplinaires (historiques, sociologiques, littéraires, anthropologiques, géographiques, linguistiques…) et toute période pourra être considérée.

Les propositions, en français, (avec nom et affiliation académique, titre et résumé de 10 lignes maximum) sont à envoyer à Marie-Christine Michaud (marie-christine.michaud@univ-ubs.fr) avant le 30 juin 2017.

Ce séminaire fait partie du projet scientifique du contrat quinquennal 2017-2022 de l’équipe d’accueil HCTIEA 4249 : 8 séminaires seront programmés et il est envisagé de publier dans un premier volume les actes des 4 premières séances et dans un second les actes des dernières séances.

Lien vers site Internet :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *