Enquêter sur le militantisme syndical : une expérience ethnographique dans la banlieue industrielle de Buenos Aires

Par Pierre ROUXEL, Doctorant en sciences politiques

Après une crise profonde à la fin des années 1990, les territoires industriels ont retrouvé un certain dynamisme économique sous les gouvernements de Nestor puis Cristina Kirchner. Alors exsangues et délégitimés pour son incapacité à s’opposer, les syndicats ont retrouvé une place d’acteur de premier plan dans ce cycle progressiste, à l’image d’autres pays du continent latinoaméricain. Dans la foulée des périodes de forte mobilisation sociale du début des années 2000 – marquées par les célèbres mouvements piqueteros –, les lieux de travail se sont progressivement affirmés comme des lieux conflictuels, à mesure que le chômage diminuait et que les niveaux d’emplois augmentaient. Au cœur de cette dynamique, les territoires industriels de l’immense banlieue portègne ont été traversés par des conflits d’ampleur variable, animés notamment par des jeunes ouvriers récemment entrés sur le marché du travail.

Une usine d’abattage et de transformation de viande au cœur de la Zona Norte

C’est particulièrement le cas dans la zone nord de Buenos Aires, un vaste territoire qui s’affirme comme un concentré des dynamiques sociales traversant l’Argentine contemporaine. Rassemblant notamment les classes sociales les plus aisées du pays, ce territoire a été traversé au cours des dernières décennies par des formes de privatisation des espaces résidentiels, avec le développement de quartiers privés et fermés. Au sein d’un espace urbain de plus en plus fragmenté et segrégé, la large gamme de services offerte dans ces résidences ainsi que l’implantation de nombreux sites industriels, appartenant principalement à des entreprises multinationales – Ford, Mondelez, Unilever, etc. -, autour du principal axe routier du pays, l’autoroute panaméricaine, a contribué au maintien localement de classes populaires et ouvrières.

Répartie entre 2015 et 2016, mon enquête dans des quartiers populaires de Pacheco, commune en plein cœur de la zone Nord, à proximité directe des principaux sites industriels du pays, visait à comprendre les logiques explicatives de l’engagement et les répertoires d’action des syndicats, dans un contexte industriel où le fait syndical reste l’objet de diverses formes de répression. Pendant plusieurs mois, dans le cadre de ma thèse de science politique réalisée au laboratoire Arènes-Crape, j’ai interviewé et suivi les syndicalistes dans leurs activités quotidiennes à l’extérieur des usines, lors de réunions, de manifestations ou d’évènements conviviaux en tous genres. Une fois dépassé le premier temps de la curiosité ou de l’incompréhension vis-à-vis de « l’exotisme » d’un chercheur venu de si loin pour observer des pratiques ordinaires, j’ai pu avoir accès à différents univers qui font la routine des syndicalistes dans ces territoires.

Rassemblement convivial de syndicalistes au domicile d’un salarié

Marqués par l’expérience des luttes sociales dans les quartiers quelques années auparavant, confrontés à l’imbrication toujours plus étroite entre zones résidentielles et industrielles et aux nuisances qui l’accompagne dans des quartiers concentrant les difficultés sociales, les syndicats se distinguent notamment par leurs tentatives d’intervention par-delà les murs de l’usine, s’affirmant comme des acteurs centraux de ces territoires. Ainsi, un collectif de syndicalistes d’une usine chimique s’est par exemple investi dans l’ouverture d’un centre socio-culturel dans le quartier voisin, où sont dispensés des formations pour adultes et proposés diverses activités culturelles. Dans le quartier d’à côté, les syndicalistes de l’abattoir sont régulièrement mobilisés contre les violences policières récurrentes dans ces quartiers ou auprès des collectifs d’habitants mobilisés face aux effets de l’urbanisation galopante comme les inondations ; autant d’enjeux qui dépassent la frontière du lieu de travail. Dans des contextes où l’Etat est mis en question sur ses principales prérogatives, ces syndicats s’affirment comme des structures de contention et de mobilisation importantes à l’échelle des quartiers : l’immersion ethnographique est alors un outil précieux pour réfléchir aux formes hybrides et peu attendues du syndicalisme, au-delà des images d’Epinal de la bureaucratie et du corporatisme auxquels il est souvent rapporté.

Un cours à destination des salariés du secteur chimique au sein du centre socio-culturel, un samedi matin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *