APPEL À CONTRIBUTION – Autour de Manuel González Prada

Appel à contributions Amerika n° 17 – Publication: janvier 2018 https://amerika.revues.org/

La revue Amerika de l’Université de Rennes 2-ERIMIT (Équipe de Recherches Interlangues, Mémoires Identités, Territoires), consacre son prochain numéro au thème :

Autour de Manuel González Prada:
la pensée radicale comme ferment littéraire et social

Le 22 juillet 2018 on célèbrera le centenaire de la mort de l’écrivain péruvien Manuel González Prada (1844-1918). Poète, essayiste et publiciste engagé depuis l’époque de la Guerre du Pacifique, il a évolué du libéralisme radical à l’anarcho-communisme. En 1885, il avait fondé un Cercle littéraire d’où est né en 1891 un nouveau parti politique anti-oligarchique, l’Union nationale, dont il se sépara à partir de 1902 pour se consacrer à la diffusion de l’anarchisme dans la presse ouvrière. Précurseur du modernisme en poésie, également innovateur dans sa prose et introducteur au Pérou de la philosophie sociale européenne, González Prada a défini son travail intellectuel en deux mots, « propagande et attaque » (Pájinas libres, 1894), et en a proposé un modèle dans son recueil d’essais intitulé Horas de lucha (1908).

L’essai de M. González Prada « Notas acerca del idioma » (Pájinas libres, 1894) commençait ainsi:

Los lectores de novelas, dramas, poesías, etc., pertenecen a la clase medianamente ilustrada, i piden un lenguaje fácil, natural, comprensible sin necesidad de recurrir constantemente al diccionario. […] El que se suscribe al diario i compra la novela o el drama, está en el caso de exijir que le hablen comprensible y claramente. La lectura debe proporcionar el goce d’entender, no el suplicio de adivinar. […] Para ejercer acción eficaz en el ánimo de sus contemporáneos, el escritor debe amalgamar la inmaculada trasparencia del lenguaje i la sustancia medular del pensamiento. […]

Ahí los grandes agitadores de almas en los siglos XVI i XVIII; ahí Lutero, tan demoledor de Papas como rejenerador del idioma alemán; ahí particularmente Voltaire con su prosa, natural como un movimiento respiratorio, clara como un alcohol rectificado.

Et s’achevait par ces phrases :

Aquí, en América i en nuestro siglo, necesitamos una lengua condensada, jugosa i alimenticia, como estracto de carne; una lengua fecunda como riego en tierra de labor; una lengua que desenvuelva períodos con el estruendo i valentía de las olas en la playa; una lengua democrática que no se arredre con nombres propios ni con frases crudas como juramento de soldado; una lengua, en fin, donde se perciba el golpe del martillo en el yunque, el estridor de la locomotora en el riel, la fulguración de la luz en el foco eléctrico i hasta el olor del ácido fénico, el humo de la chimenea o el chirrido de la polea en el eje.

Les aspirations de M. González Prada se sont-elles réalisées ? Dans quelle mesure les écrivains américains sont-ils parvenus à conjuguer rénovation esthétique et rénovation sociale sur la base d’idéologies radicales ? Comment la critique politique a-t-elle influencé la manière de concevoir l’écriture ? Y a-t-il eu, à l’inverse, un mouvement dialectique à partir de la rébellion esthétique vers la prise de conscience du besoin de transformer la société dans son ensemble ? Peut-on mener à bien simultanément un engagement littéraire et politique révolutionnaire sans sacrifier l’un à l’autre ? Une osmose parfaite entre le fond et la forme, la pensée et la langue, est-elle réalisable ou bien pour être révolutionnaire dans l’un des aspects faut-il se montrer conservateur dans l’autre ? L’écriture littéraire et politique dans le Nouveau Monde a-t-elle été en mesure sinon de transformer du moins de promouvoir efficacement la transformation de l’ordre dominant ?

La revue Amerika souhaite rendre hommage à Manuel González Prada en consacrant un numéro thématique au radicalisme idéologique comme facteur déterminant de la création littéraire et de critique sociopolitique ; comme dynamique destructrice de l’ordre ancien et constructrice de nouvelles perspectives pour les Amériques. On s’intéressera particulièrement à l’alternative entre l’attitude de l’intellectuel avant-gardiste qui, de sa tour d’ivoire, élabore des utopies en observant à distance le monde inférieur, et celle d’hommes et de femmes qui fraternisent avec les opprimés et à leurs côtés tracent la voie vers une société plus juste.

Des travaux sur M. González Prada et sur d’autres auteurs peuvent être proposés, depuis la période coloniale jusqu’au moment présent, à condition qu’ils réunissent les dimensions esthétique et politique.

Les propositions d’articles doivent tenir en 500 mots et peuvent être rédigées en espagnol, portugais, français ou anglais. Elles seront adressées, accompagnées d’un bref CV à : amerika@revues.org – nestorponce35@yahoo.fr – joel.delhom@univ-ubs.fr avant le 30 juin 2017.

Une fois les propositions acceptées par le Comité éditorial, les auteurs présenteront leurs articles selon les normes de la revue Amerika (http://amerika.revues.org/749) , avec un maximum de 40 000 caractères (bibliographie et notes inclues). Les articles reçus dans les délais seront soumis à un processus d’évaluation anonyme.

Calendrier (dates butoir) :

– 30 juin 2017 : réception des propositions
– 20 juillet : acceptation par l’équipe de coordination
– 1er octobre : réception des articles et début du processus d’évaluation / échanges avec les auteurs – 5 novembre : réception des articles définitifs pour leur publication
– 1er janvier 2018 : sortie du numéro de la revue

N.B. : Si l’article ne respecte pas la feuille de style, celui-ci sera renvoyé à l’auteur pour faire les modifications nécessaires. Les auteurs s’engagent à réserver à la revue l’exclusivité de l’article et à autoriser sa publication en ligne. En cas de plagiat, les auteurs seront tenus pour seuls responsables. Dans le respect des droits d’auteur, l’intégration de photos ou de photogrammes doit être accompagnée de l’autorisation de l’ayant droit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *