Tous les articles par idarennes

[PUBLICATION] « Les féminismes en Amérique latine et dans les Caraïbes (XXe-XXIe s): identités et enjeux »,

Les Cahiers Amerika , de l’Université de Rennes 2,  viennent de publier :

« Les féminismes en Amérique latine et dans les Caraïbes (XXe-XXIe s) : identités et enjeux », n°16-2017.

La lutte pour l’émancipation des femmes est un processus lent qui s’est développé en vagues successives. Le féminisme latino-américain des années 70 et 80, marqué par des influences européennes et nord-américaines, est majoritairement composé de femmes des classes moyennes, mais peu à peu ses militantes se rapprochent des mouvements populaires où les femmes sont engagées sur le plan politique, syndical, religieux. La phase révolutionnaire et radicale fait place ensuite à une professionnalisation et une institutionnalisation du féminisme dans les années 90 qui amorcent la vague « ONUsienne » du « genre », selon J. Falquet (2007), marquée par un engouement pour le concept de « genre ». Parallèlement, s’organisent des rencontres féministes continentales qui témoignent d’un féminisme panaméricain, (1981, à Bogota (Colombie) ; 1983, Lima (Pérou) ; 1985, Bertioga (Brésil) ; 1987, à Taxco (Mexique) ; 1990 San Bernardo (Argentina), etc.) (Valdés, 2000 : 73 et Landa, 2016).

Depuis l’euphorie des années 70, en passant par l’institutionnalisation des années 80-90 et son essoufflement des années 2000, le féminisme latino-américain s’inscrit depuis le début du XXIe s. dans une double proposition politique, à la fois autour d’un socle commun, de questions non résolues (les droits reproductifs, une maternité et une sexualité libres, la lutte contre la violence) et de nouvelles propositions qui se déclinent selon une perspective de classe et d’ethnie, de la part des féministes indiennes et afro-descendantes, sous un angle décolonial.

L’objectif de ce dossier est d’étudier les différentes modalités d’expression (cyberféminisme, marches pacifiques, activisme public) et manifestations du féminisme latino-américain ainsi que ses représentations (arts visuels, littérature, médias) dans ses particularités actuelles, en tâchant d’évaluer les résistances qui proviennent de la société civile et/ou des institutions.

Les articles de ce dossier, tout en mettant en perspective l’histoire du féminisme latino-américain, proposent une analyse de ce qui constitue aujourd’hui son identité, sa spécificité, à l’échelle nationale ou continentale, à travers ses mobilisations et ses représentations, dans un contexte politique et économique déterminé.

Pour consulter la revue : par ici.

Nathalie Ludec
Amerika

APPEL À CONTRIBUTION – Autour de Manuel González Prada

Appel à contributions Amerika n° 17 – Publication: janvier 2018 https://amerika.revues.org/

La revue Amerika de l’Université de Rennes 2-ERIMIT (Équipe de Recherches Interlangues, Mémoires Identités, Territoires), consacre son prochain numéro au thème :

Autour de Manuel González Prada:
la pensée radicale comme ferment littéraire et social

Le 22 juillet 2018 on célèbrera le centenaire de la mort de l’écrivain péruvien Manuel González Prada (1844-1918). Poète, essayiste et publiciste engagé depuis l’époque de la Guerre du Pacifique, il a évolué du libéralisme radical à l’anarcho-communisme. En 1885, il avait fondé un Cercle littéraire d’où est né en 1891 un nouveau parti politique anti-oligarchique, l’Union nationale, dont il se sépara à partir de 1902 pour se consacrer à la diffusion de l’anarchisme dans la presse ouvrière. Précurseur du modernisme en poésie, également innovateur dans sa prose et introducteur au Pérou de la philosophie sociale européenne, González Prada a défini son travail intellectuel en deux mots, « propagande et attaque » (Pájinas libres, 1894), et en a proposé un modèle dans son recueil d’essais intitulé Horas de lucha (1908).

L’essai de M. González Prada « Notas acerca del idioma » (Pájinas libres, 1894) commençait ainsi:

Los lectores de novelas, dramas, poesías, etc., pertenecen a la clase medianamente ilustrada, i piden un lenguaje fácil, natural, comprensible sin necesidad de recurrir constantemente al diccionario. […] El que se suscribe al diario i compra la novela o el drama, está en el caso de exijir que le hablen comprensible y claramente. La lectura debe proporcionar el goce d’entender, no el suplicio de adivinar. […] Para ejercer acción eficaz en el ánimo de sus contemporáneos, el escritor debe amalgamar la inmaculada trasparencia del lenguaje i la sustancia medular del pensamiento. […]

Ahí los grandes agitadores de almas en los siglos XVI i XVIII; ahí Lutero, tan demoledor de Papas como rejenerador del idioma alemán; ahí particularmente Voltaire con su prosa, natural como un movimiento respiratorio, clara como un alcohol rectificado.

Et s’achevait par ces phrases :

Aquí, en América i en nuestro siglo, necesitamos una lengua condensada, jugosa i alimenticia, como estracto de carne; una lengua fecunda como riego en tierra de labor; una lengua que desenvuelva períodos con el estruendo i valentía de las olas en la playa; una lengua democrática que no se arredre con nombres propios ni con frases crudas como juramento de soldado; una lengua, en fin, donde se perciba el golpe del martillo en el yunque, el estridor de la locomotora en el riel, la fulguración de la luz en el foco eléctrico i hasta el olor del ácido fénico, el humo de la chimenea o el chirrido de la polea en el eje.

Les aspirations de M. González Prada se sont-elles réalisées ? Dans quelle mesure les écrivains américains sont-ils parvenus à conjuguer rénovation esthétique et rénovation sociale sur la base d’idéologies radicales ? Comment la critique politique a-t-elle influencé la manière de concevoir l’écriture ? Y a-t-il eu, à l’inverse, un mouvement dialectique à partir de la rébellion esthétique vers la prise de conscience du besoin de transformer la société dans son ensemble ? Peut-on mener à bien simultanément un engagement littéraire et politique révolutionnaire sans sacrifier l’un à l’autre ? Une osmose parfaite entre le fond et la forme, la pensée et la langue, est-elle réalisable ou bien pour être révolutionnaire dans l’un des aspects faut-il se montrer conservateur dans l’autre ? L’écriture littéraire et politique dans le Nouveau Monde a-t-elle été en mesure sinon de transformer du moins de promouvoir efficacement la transformation de l’ordre dominant ?

La revue Amerika souhaite rendre hommage à Manuel González Prada en consacrant un numéro thématique au radicalisme idéologique comme facteur déterminant de la création littéraire et de critique sociopolitique ; comme dynamique destructrice de l’ordre ancien et constructrice de nouvelles perspectives pour les Amériques. On s’intéressera particulièrement à l’alternative entre l’attitude de l’intellectuel avant-gardiste qui, de sa tour d’ivoire, élabore des utopies en observant à distance le monde inférieur, et celle d’hommes et de femmes qui fraternisent avec les opprimés et à leurs côtés tracent la voie vers une société plus juste.

Des travaux sur M. González Prada et sur d’autres auteurs peuvent être proposés, depuis la période coloniale jusqu’au moment présent, à condition qu’ils réunissent les dimensions esthétique et politique.

Les propositions d’articles doivent tenir en 500 mots et peuvent être rédigées en espagnol, portugais, français ou anglais. Elles seront adressées, accompagnées d’un bref CV à : amerika@revues.org – nestorponce35@yahoo.fr – joel.delhom@univ-ubs.fr avant le 30 juin 2017.

Une fois les propositions acceptées par le Comité éditorial, les auteurs présenteront leurs articles selon les normes de la revue Amerika (http://amerika.revues.org/749) , avec un maximum de 40 000 caractères (bibliographie et notes inclues). Les articles reçus dans les délais seront soumis à un processus d’évaluation anonyme.

Calendrier (dates butoir) :

– 30 juin 2017 : réception des propositions
– 20 juillet : acceptation par l’équipe de coordination
– 1er octobre : réception des articles et début du processus d’évaluation / échanges avec les auteurs – 5 novembre : réception des articles définitifs pour leur publication
– 1er janvier 2018 : sortie du numéro de la revue

N.B. : Si l’article ne respecte pas la feuille de style, celui-ci sera renvoyé à l’auteur pour faire les modifications nécessaires. Les auteurs s’engagent à réserver à la revue l’exclusivité de l’article et à autoriser sa publication en ligne. En cas de plagiat, les auteurs seront tenus pour seuls responsables. Dans le respect des droits d’auteur, l’intégration de photos ou de photogrammes doit être accompagnée de l’autorisation de l’ayant droit.

Enquêter sur le militantisme syndical : une expérience ethnographique dans la banlieue industrielle de Buenos Aires

Par Pierre ROUXEL, Doctorant en sciences politiques

Après une crise profonde à la fin des années 1990, les territoires industriels ont retrouvé un certain dynamisme économique sous les gouvernements de Nestor puis Cristina Kirchner. Alors exsangues et délégitimés pour son incapacité à s’opposer, les syndicats ont retrouvé une place d’acteur de premier plan dans ce cycle progressiste, à l’image d’autres pays du continent latinoaméricain. Dans la foulée des périodes de forte mobilisation sociale du début des années 2000 – marquées par les célèbres mouvements piqueteros –, les lieux de travail se sont progressivement affirmés comme des lieux conflictuels, à mesure que le chômage diminuait et que les niveaux d’emplois augmentaient. Au cœur de cette dynamique, les territoires industriels de l’immense banlieue portègne ont été traversés par des conflits d’ampleur variable, animés notamment par des jeunes ouvriers récemment entrés sur le marché du travail.

Une usine d’abattage et de transformation de viande au cœur de la Zona Norte

C’est particulièrement le cas dans la zone nord de Buenos Aires, un vaste territoire qui s’affirme comme un concentré des dynamiques sociales traversant l’Argentine contemporaine. Rassemblant notamment les classes sociales les plus aisées du pays, ce territoire a été traversé au cours des dernières décennies par des formes de privatisation des espaces résidentiels, avec le développement de quartiers privés et fermés. Au sein d’un espace urbain de plus en plus fragmenté et segrégé, la large gamme de services offerte dans ces résidences ainsi que l’implantation de nombreux sites industriels, appartenant principalement à des entreprises multinationales – Ford, Mondelez, Unilever, etc. -, autour du principal axe routier du pays, l’autoroute panaméricaine, a contribué au maintien localement de classes populaires et ouvrières.

Répartie entre 2015 et 2016, mon enquête dans des quartiers populaires de Pacheco, commune en plein cœur de la zone Nord, à proximité directe des principaux sites industriels du pays, visait à comprendre les logiques explicatives de l’engagement et les répertoires d’action des syndicats, dans un contexte industriel où le fait syndical reste l’objet de diverses formes de répression. Pendant plusieurs mois, dans le cadre de ma thèse de science politique réalisée au laboratoire Arènes-Crape, j’ai interviewé et suivi les syndicalistes dans leurs activités quotidiennes à l’extérieur des usines, lors de réunions, de manifestations ou d’évènements conviviaux en tous genres. Une fois dépassé le premier temps de la curiosité ou de l’incompréhension vis-à-vis de « l’exotisme » d’un chercheur venu de si loin pour observer des pratiques ordinaires, j’ai pu avoir accès à différents univers qui font la routine des syndicalistes dans ces territoires.

Rassemblement convivial de syndicalistes au domicile d’un salarié

Marqués par l’expérience des luttes sociales dans les quartiers quelques années auparavant, confrontés à l’imbrication toujours plus étroite entre zones résidentielles et industrielles et aux nuisances qui l’accompagne dans des quartiers concentrant les difficultés sociales, les syndicats se distinguent notamment par leurs tentatives d’intervention par-delà les murs de l’usine, s’affirmant comme des acteurs centraux de ces territoires. Ainsi, un collectif de syndicalistes d’une usine chimique s’est par exemple investi dans l’ouverture d’un centre socio-culturel dans le quartier voisin, où sont dispensés des formations pour adultes et proposés diverses activités culturelles. Dans le quartier d’à côté, les syndicalistes de l’abattoir sont régulièrement mobilisés contre les violences policières récurrentes dans ces quartiers ou auprès des collectifs d’habitants mobilisés face aux effets de l’urbanisation galopante comme les inondations ; autant d’enjeux qui dépassent la frontière du lieu de travail. Dans des contextes où l’Etat est mis en question sur ses principales prérogatives, ces syndicats s’affirment comme des structures de contention et de mobilisation importantes à l’échelle des quartiers : l’immersion ethnographique est alors un outil précieux pour réfléchir aux formes hybrides et peu attendues du syndicalisme, au-delà des images d’Epinal de la bureaucratie et du corporatisme auxquels il est souvent rapporté.

Un cours à destination des salariés du secteur chimique au sein du centre socio-culturel, un samedi matin

Séminaire « APPARTENANCES DANS LES AMÉRIQUES »

« (Dé)Territorialisation des identités dans les Amériques »

DANS LE CADRE DU PROJET SCIENTIFIQUE DU LABORATOIRE HCTI (HÉRITAGES ET CONSTRUCTIONS DANS LE TEXTE ET L’IMAGE), LE GROUPE « AMÉRIQUES » PROPOSE UNE DEUXIÈME SÉANCE DE SÉMINAIRE SUR LA PROBLÉMATIQUE DE LA « (DÉ)TERRITORIALISATION DES IDENTITÉS DANS LES AMÉRIQUES » À L’UNIVERSITÉ DE BRETAGNE SUD À LORIENT.

Cette séance propose de considérer les liens entre l’appartenance à des territoires donnés et la construction des identités, ou l’absence de liens entre territoires et maintien ou formation des identités, d’où la notion de déterritorialisation des identités. Ceci nous amène à nous poser la question du rôle des frontières des territoires et celui de ces espaces dans la construction, la pérennité et/ou la disparition des identités. La nécessité de frontières géographiques et de frontières ethniques (telles que F. Barth les définit) pour que les individus se sentent membres d’un groupe donné pourra être remise en question puisque l’on note, notamment en cette période de grandes migrations et de mondialisation, un phénomène de déterritorialisation des identités.

La construction autant que le maintien des identités individuelles, comme collectives, sont-ils conditionnés par l’association à un territoire précis ?

Le sentiment d’appartenance à un groupe dépend-il nécessairement ou de façon optionnelle à un ancrage territorial ? Terre natales, terres d’adoption, terre d’exil, temporaires ou définitives, peuvent se révéler être des espaces d’ancrage physique, psychologique ou affectif. Mais cet attachement est-il ou doit-il être pérenne pour que les individus sentent qu’ils appartiennent à un groupe ? Les Indiens d’Amérique du Nord comme ceux d’Amérique Latine par exemple, entre ségrégation et politique de déplacement, peuvent-ils s’en remettre aux territoires auxquels ils sont traditionnellement associés pour préserver leur spécificité identitaire ? Les migrants, en s’installant dans de nouveaux territoires nationaux, ou les familles en déménageant dans d’autres régions, sont-ils des témoins du leurre du concept de territorialisation des identités ? Les progrès des nouvelles technologies ont-ils changé les systèmes de socialisation et d’identification ?

Autant de questions qui peuvent alimenter la réflexion concernant la problématique de l’appartenance dans les Amériques et du rôle des territoires dans la construction des identités. Les approches pourront être pluridisciplinaires (historiques, sociologiques, littéraires, anthropologiques, géographiques, linguistiques…) et toute période pourra être considérée.

Les propositions, en français, (avec nom et affiliation académique, titre et résumé de 10 lignes maximum) sont à envoyer à Marie-Christine Michaud (marie-christine.michaud@univ-ubs.fr) avant le 30 juin 2017.

Ce séminaire fait partie du projet scientifique du contrat quinquennal 2017-2022 de l’équipe d’accueil HCTIEA 4249 : 8 séminaires seront programmés et il est envisagé de publier dans un premier volume les actes des 4 premières séances et dans un second les actes des dernières séances.

Lien vers site Internet :

Soutenance thèse – Nouveaux circuits alimentaires de proximité dans les Andes : contribution à la reconnaissance des paysanneries

THÈSE / AGROCAMPUS OUEST

Sous le label de l’Université Européenne de Bretagne

pour obtenir le diplôme de :

DOCTEUR DE L’INSTITUT SUPÉRIEUR DES SCIENCES AGRONOMIQUES, AGRO-ALIMENTAIRES, HORTICOLES ET DU PAYSAGE

Spécialité : Géographie

École Doctorale : Sciences Humaines et Sociales (ED 507 SHS)

présentée par :

Claire HEINISCH 

Nouveaux circuits alimentaires de proximité dans les Andes : contribution à la reconnaissance des paysanneries

soutenue le 11 juillet 2017 devant la commission d’Examen

 

Composition du jury :

Rapporteurs Michaël POUZENC, professeur de géographie, Université Toulouse Jean Jaurès (UMR 5193 LISST)

Jan Douwe VAN DER PLOEG, professeur de sociologie rurale, Université de Wageningen

Examinateurs Geneviève CORTES, professeure de géographie, Université Montpellier-III(UMR 5281 ART-Dev)

Julie LE GALL, maître de conférences en géographie, ENS-Lyon (UMR 5600 EVS)

Invité Pierril LACROIX, directeur du bureau d’études TERO
Directeurs Guy DURAND, professeur émérite d’agroéconomie, Agrocampus Ouest

(UMR 6590 ESO)

Pierre GASSELIN, ingénieur de recherche, géographe, INRA (UMR 0951 Innovation)

Colloque – Espaces et littératures des Amériques : mutation, complémentarité, partage

Espaces et littératures des Amériques : mutation, complémentarité, partage

du samedi 24 juin (19h) au samedi 1er juillet (14h) 2017

sous la direction de
Zilá BERND, Patrick IMBERT et Rita OLIVIERI-GODET

Ce colloque explorera les relations littéraires inter/transaméricaines en interrogeant les constructions imaginaires qui fondent et réinventent les territoires des Amériques. La perspective comparatiste entend mettre en rapport les productions romanesques actuelles du continent américain pour examiner, en fonction de ses lieux emblématiques, les figurations des rapports humains.

L’enjeu est de comparer les multiples expressions de l’espace continental en analysant les modalités de renouvellement des mythes, des narrativités et des perspectives menant à la reconfiguration de cet espace. Puisant dans un corpus de romans caractéristiques, la réflexion sera structurée autour des cinq axes suivants: la traversée de frontières mouvantes et perméables; l’expérience d’espaces lointains, voire extrêmes; les dynamiques des métropoles avec leurs zones d’hybridation et/ou d’exclusion; les différentes formes de transmission de la mémoire générationnelle; les conflits culturels, économiques, sociaux et politiques.

Faisant intervenir des universitaires, des critiques et des écrivains sensibles aux reconfigurations spatiales en rapport avec les mobilités (trans)culturelles dans les littératures des Amériques, ce colloque, en dépassant le cadre de chacune des littératures nationales, entend également apporter une contribution théorique et épistémique aux études des relations littéraires inter/transaméricaines. Au-delà des spécialistes, les lecteurs de ces littératures seront invités à élargir les débats qui vont suivre les communications, les tables rondes ou les témoignages d’écrivains.

En savoir plus : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/littameriques17.html
>> Consultez le document de présentation