Tous les articles par idarennes

28 septembre – Soutenance d’habilitation à diriger des recherches

Émilie Biland-Curinier, maîtresse de conférences en science politique à Rennes 2 et vice-présidente de l’IDA-Rennes, soutiendra son habilitation à diriger des recherches en sociologie, le 28 septembre 2017 à l’Université de Strasbourg.

Son mémoire inédit s’intitule « L’encadrement public de la vie privée. Variations nationales et inégalités sociales ».

En mobilisant plusieurs enquêtes réalisées depuis 2008, en France et au Québec, au sein des équipes Ruptures, il montre que l’action publique, articulant droit privé et droit social, visant les couples séparés et leurs enfants participe à la transformation des modes d’agir de la puissance publique, délaissant la sanction au profit de la valorisation des capacités et des droits individuels. Les manières institutionnelles et professionnelles de « défaire famille » sont marquées par l’euphémisation et le ciblage de la domination de l’État sur les populations. L’euphémisation est sensible dans le caractère diffus, voire négociable de la contrainte et dans le recul de la décision comme mode de domination : c’est par la conformation des attentes et par la production du consentement que celle-ci opère le plus souvent. Dans un contexte de diversification du traitement des séparations conjugales, le ciblage des populations tient à leur orientation différentielle selon leur classe, leur genre, voire leur origine, au poids de la distance sociale dans leurs interactions avec les professionnel.le.s et à l’allocation inégalitaire des rôles et des ressources qui en découlent. La comparaison entre la France et le Québec conduit ainsi à dissiper le mirage du retrait de l’État de la vie privée et de « l’égalité-déjà-là », tout en soulignant l’ancrage national de la reproduction institutionnelle de l’ordre social sexué.

Le jury est composé de :

  • M. Vincent Dubois, Professeur d’Université, Université de Strasbourg, SAGE (garant)
  • Mme Catherine Achin, Professeure d’Université, Université Paris-Dauphine, IRISSO (rapporteure)
  • M. Jacques Commaille, Professeur d’Université, ENS Paris-Saclay, ISP
  • M. Claude Martin, Directeur de recherche, CNRS, ARENES (rapporteur)
  • Mme Delphine Serre, Professeure d’Université, Université Paris-Descartes, CERLIS
  • Mme Florence Weber, Professeure d’Université, ENS-Paris, CMH (rapporteure)

APPEL À COMMUNICATION – TransLittératures, TransCorporalités dans la littérature hispano-américaine (2000-2017)

Appel à communication pour le 30 Octobre 2017

TRANSLITTERATURES II: TRANSCORPORALITES DANS
LA LITTERATURE HISPANO-AMERICAINE (2000-2017)

Université Rennes 2 – vendredi 26 janvier 2018

Nous proposons d’étudier lors de cette journée d’étude la notion de corps depuis le concept trans : corps du texte, corps de l’œuvre, corps des personnages, corps de l’auteur, corpus, genre et gender. Le corps–physique des personnages et textuel des œuvres – devient une plateforme de mutations. Les personnages qui peuplent les œuvres hispano-américaines de l’ultra-contemporain semblent figurer la métamorphose, le devenir : ce sont des travestis, transsexuels, transgenres, queer ; qui délirent, en crise, malades, vulnérables, excentriques, transfuges, subalternes ; des personnages qui reviennent, des spectres, des fantômes, des revenants. Le corps des œuvres s’apparente à une projection formelle, esthétique, stylistique de ces mutations. Quelles relations se tissent entre le texte et le corps ? Que disent ces corps physiques et textuels mutants du contexte duquel ils émergent ? La TransCorporalités est-elle une spécificité littéraire hispano-américaine ? Fait-elle partie d’une tradition? L’objectif est d’évaluer l’opérativité du trans et ce qui est en jeu dans la construction des multiples corps de/dans la littérature depuis le contexte de l’extrême contemporain (2000-2017) et la mise en perspective de la réflexion dans une histoire de la littérature hispano-américaine.

Date : vendredi 26 janvier 2018
Lieu: Université Rennes 2

Les communications :

Les langues de communication sont le français et l’espagnol.
Les communications dureront 20 minutes et seront suivies directement d’un débat de 10 minutes.
Les auteurs acceptés enverront une ébauche de leur communication en format Handout (introduction, problématique, corpus, informations importantes, etc., max. 4 pages), trois semaines avant la Journée d’étude.
Les propositions seront compilées dans un Reader envoyé aux participants et intéressés, et imprimées pour la Journée d’étude. De cette façon, nous souhaitons créer une véritable réflexion commune lors de la Journée en approfondissant les ébauches de réflexion dont nous aurons tous pris connaissance à travers le Reader, en amont de la Journée.
Publication: La publication des articles est envisagée sous forme d’ouvrage collectif.
Modalités de participation : Les propositions de contribution de 300 mots maximum, rédigées en français ou en espagnol, accompagnées d’une bibliographie indicative et d’une brève notice bio bibliographique de l’auteur, le tout en format .pdf ou .doc, sont à envoyer au plus tard le 30 octobre 2017 à : transliteraturas@gmail.com
Les frais de transport et hébergement sont à la charge des participants.

Pour plus d’informations consultez ce document.

[PUBLICATION] Poètes et éditeurs : diffuser la poésie d’avant-garde américaine (depuis 1945)

C’est dans les cinquante dernières années du 20e siècle et dans la première décennie du 21e siècle que les enjeux pratiques liés à la diffusion de la poésie d’avant-garde ont été pris en considération.

Le paysage éditorial en mutation porte la poésie expérimentale jusqu’à la révolution numérique qui offre de nouvelles possibilités de composition comme de diffusion d’œuvres qui ne sont plus seulement textuelles, mais qui intègrent une dimension intermédiale et sont transformées par de nouveaux modes de performance poétique. Dans ce contexte où tout l’écosystème éditorial se modifie profondément, ces deux acteurs que sont les éditeurs et les poètes jouent sur de nouvelles stratégies de proximité et de confiance.

En adoptant, de manière inédite, un regard américain à l’échelle de tout un continent, les textes publiés ici éclairent les pratiques des avant-gardes poétiques de la fin du 20esiècle, leur édition et leur diffusion. Les articles de ce numéro d’IdeAs consacré à ces entreprises éditoriales à la fois marginales et fondamentales tentent d’apporter des éléments de réponse à la question de la mercantilisation de l’édition.

Dans ce numéro, les coordinatrices s’attachent à coprésenter des expériences éditoriales qui jusqu’à présent n’ont pas été envisagées comme facteur d’intégration d’une poésie américaine, polyglotte, cosmopolite et préoccupée de l’audibilité de voix plurielles. Sur ce continent prolifèrent des entreprises de démantèlement des réseaux conventionnels et de contestation des hégémonies économiques qui engendrent une poésie originale, mue par une aspiration permanente et enthousiasmante – jusque dans ses limites et ses échecs – à la communication avec le public. En quête continue de nouvelles modalités textuelles, technologiques et éditoriales, poètes, éditeurs et poètes-éditeurs cherchent à tisser les réseaux de cette communication.

En complément, le numéro 9 présente trois courts dossiers d’actualité  –  l’un consacré à l’entrée  des Etats-Unis dans la Première Guerre mondiale, le second proposant une analyse du célèbre « Vive le Québec Libre ! » du général de Gaulle et de ses conséquences, et le dernier offrant une réflexion sur les accords de paix en Colombie qui fait écho à l’année de la Colombie en France.

Le numéro propose également deux entretiens, le premier avec Orlando Ochoa, économiste à l’Universidad de los Andes (Colombie), qui analyse la situation économique actuelle du Vénézuela, et le second avec le guitariste Marc Ribot, conduit par Anna Aublet, doctorante à l’Université Paris Nanterre, partageant sa réflexion sur la poésie du poète américain Allen Ginsberg, membre fondateur de la Beat Generation. Huit comptes-rendus de lecture complètent ce numéro.

Consultez le numéro 9.

Consultez la revue en ligne Ideas, idées d’Amériques

Découvrez les publications de l’IdA

[PUBLICATION] « Les féminismes en Amérique latine et dans les Caraïbes (XXe-XXIe s): identités et enjeux »,

Les Cahiers Amerika , de l’Université de Rennes 2,  viennent de publier :

« Les féminismes en Amérique latine et dans les Caraïbes (XXe-XXIe s) : identités et enjeux », n°16-2017.

La lutte pour l’émancipation des femmes est un processus lent qui s’est développé en vagues successives. Le féminisme latino-américain des années 70 et 80, marqué par des influences européennes et nord-américaines, est majoritairement composé de femmes des classes moyennes, mais peu à peu ses militantes se rapprochent des mouvements populaires où les femmes sont engagées sur le plan politique, syndical, religieux. La phase révolutionnaire et radicale fait place ensuite à une professionnalisation et une institutionnalisation du féminisme dans les années 90 qui amorcent la vague « ONUsienne » du « genre », selon J. Falquet (2007), marquée par un engouement pour le concept de « genre ». Parallèlement, s’organisent des rencontres féministes continentales qui témoignent d’un féminisme panaméricain, (1981, à Bogota (Colombie) ; 1983, Lima (Pérou) ; 1985, Bertioga (Brésil) ; 1987, à Taxco (Mexique) ; 1990 San Bernardo (Argentina), etc.) (Valdés, 2000 : 73 et Landa, 2016).

Depuis l’euphorie des années 70, en passant par l’institutionnalisation des années 80-90 et son essoufflement des années 2000, le féminisme latino-américain s’inscrit depuis le début du XXIe s. dans une double proposition politique, à la fois autour d’un socle commun, de questions non résolues (les droits reproductifs, une maternité et une sexualité libres, la lutte contre la violence) et de nouvelles propositions qui se déclinent selon une perspective de classe et d’ethnie, de la part des féministes indiennes et afro-descendantes, sous un angle décolonial.

L’objectif de ce dossier est d’étudier les différentes modalités d’expression (cyberféminisme, marches pacifiques, activisme public) et manifestations du féminisme latino-américain ainsi que ses représentations (arts visuels, littérature, médias) dans ses particularités actuelles, en tâchant d’évaluer les résistances qui proviennent de la société civile et/ou des institutions.

Les articles de ce dossier, tout en mettant en perspective l’histoire du féminisme latino-américain, proposent une analyse de ce qui constitue aujourd’hui son identité, sa spécificité, à l’échelle nationale ou continentale, à travers ses mobilisations et ses représentations, dans un contexte politique et économique déterminé.

Pour consulter la revue : par ici.

Nathalie Ludec
Amerika

APPEL À CONTRIBUTION – Autour de Manuel González Prada

Appel à contributions Amerika n° 17 – Publication: janvier 2018 https://amerika.revues.org/

La revue Amerika de l’Université de Rennes 2-ERIMIT (Équipe de Recherches Interlangues, Mémoires Identités, Territoires), consacre son prochain numéro au thème :

Autour de Manuel González Prada:
la pensée radicale comme ferment littéraire et social

Le 22 juillet 2018 on célèbrera le centenaire de la mort de l’écrivain péruvien Manuel González Prada (1844-1918). Poète, essayiste et publiciste engagé depuis l’époque de la Guerre du Pacifique, il a évolué du libéralisme radical à l’anarcho-communisme. En 1885, il avait fondé un Cercle littéraire d’où est né en 1891 un nouveau parti politique anti-oligarchique, l’Union nationale, dont il se sépara à partir de 1902 pour se consacrer à la diffusion de l’anarchisme dans la presse ouvrière. Précurseur du modernisme en poésie, également innovateur dans sa prose et introducteur au Pérou de la philosophie sociale européenne, González Prada a défini son travail intellectuel en deux mots, « propagande et attaque » (Pájinas libres, 1894), et en a proposé un modèle dans son recueil d’essais intitulé Horas de lucha (1908).

L’essai de M. González Prada « Notas acerca del idioma » (Pájinas libres, 1894) commençait ainsi:

Los lectores de novelas, dramas, poesías, etc., pertenecen a la clase medianamente ilustrada, i piden un lenguaje fácil, natural, comprensible sin necesidad de recurrir constantemente al diccionario. […] El que se suscribe al diario i compra la novela o el drama, está en el caso de exijir que le hablen comprensible y claramente. La lectura debe proporcionar el goce d’entender, no el suplicio de adivinar. […] Para ejercer acción eficaz en el ánimo de sus contemporáneos, el escritor debe amalgamar la inmaculada trasparencia del lenguaje i la sustancia medular del pensamiento. […]

Ahí los grandes agitadores de almas en los siglos XVI i XVIII; ahí Lutero, tan demoledor de Papas como rejenerador del idioma alemán; ahí particularmente Voltaire con su prosa, natural como un movimiento respiratorio, clara como un alcohol rectificado.

Et s’achevait par ces phrases :

Aquí, en América i en nuestro siglo, necesitamos una lengua condensada, jugosa i alimenticia, como estracto de carne; una lengua fecunda como riego en tierra de labor; una lengua que desenvuelva períodos con el estruendo i valentía de las olas en la playa; una lengua democrática que no se arredre con nombres propios ni con frases crudas como juramento de soldado; una lengua, en fin, donde se perciba el golpe del martillo en el yunque, el estridor de la locomotora en el riel, la fulguración de la luz en el foco eléctrico i hasta el olor del ácido fénico, el humo de la chimenea o el chirrido de la polea en el eje.

Les aspirations de M. González Prada se sont-elles réalisées ? Dans quelle mesure les écrivains américains sont-ils parvenus à conjuguer rénovation esthétique et rénovation sociale sur la base d’idéologies radicales ? Comment la critique politique a-t-elle influencé la manière de concevoir l’écriture ? Y a-t-il eu, à l’inverse, un mouvement dialectique à partir de la rébellion esthétique vers la prise de conscience du besoin de transformer la société dans son ensemble ? Peut-on mener à bien simultanément un engagement littéraire et politique révolutionnaire sans sacrifier l’un à l’autre ? Une osmose parfaite entre le fond et la forme, la pensée et la langue, est-elle réalisable ou bien pour être révolutionnaire dans l’un des aspects faut-il se montrer conservateur dans l’autre ? L’écriture littéraire et politique dans le Nouveau Monde a-t-elle été en mesure sinon de transformer du moins de promouvoir efficacement la transformation de l’ordre dominant ?

La revue Amerika souhaite rendre hommage à Manuel González Prada en consacrant un numéro thématique au radicalisme idéologique comme facteur déterminant de la création littéraire et de critique sociopolitique ; comme dynamique destructrice de l’ordre ancien et constructrice de nouvelles perspectives pour les Amériques. On s’intéressera particulièrement à l’alternative entre l’attitude de l’intellectuel avant-gardiste qui, de sa tour d’ivoire, élabore des utopies en observant à distance le monde inférieur, et celle d’hommes et de femmes qui fraternisent avec les opprimés et à leurs côtés tracent la voie vers une société plus juste.

Des travaux sur M. González Prada et sur d’autres auteurs peuvent être proposés, depuis la période coloniale jusqu’au moment présent, à condition qu’ils réunissent les dimensions esthétique et politique.

Les propositions d’articles doivent tenir en 500 mots et peuvent être rédigées en espagnol, portugais, français ou anglais. Elles seront adressées, accompagnées d’un bref CV à : amerika@revues.org – nestorponce35@yahoo.fr – joel.delhom@univ-ubs.fr avant le 30 juin 2017.

Une fois les propositions acceptées par le Comité éditorial, les auteurs présenteront leurs articles selon les normes de la revue Amerika (http://amerika.revues.org/749) , avec un maximum de 40 000 caractères (bibliographie et notes inclues). Les articles reçus dans les délais seront soumis à un processus d’évaluation anonyme.

Calendrier (dates butoir) :

– 30 juin 2017 : réception des propositions
– 20 juillet : acceptation par l’équipe de coordination
– 1er octobre : réception des articles et début du processus d’évaluation / échanges avec les auteurs – 5 novembre : réception des articles définitifs pour leur publication
– 1er janvier 2018 : sortie du numéro de la revue

N.B. : Si l’article ne respecte pas la feuille de style, celui-ci sera renvoyé à l’auteur pour faire les modifications nécessaires. Les auteurs s’engagent à réserver à la revue l’exclusivité de l’article et à autoriser sa publication en ligne. En cas de plagiat, les auteurs seront tenus pour seuls responsables. Dans le respect des droits d’auteur, l’intégration de photos ou de photogrammes doit être accompagnée de l’autorisation de l’ayant droit.