Appel à contribution Amerika : les féminismes en Amérique latine et dans les Caraïbes (XXe – XXIe s.)

Appel à contributions de la revue Amerika

Mémoires, identités, territoires

La revue Amerika de l’Université de Rennes 2-ERIMIT (Équipe de Recherches Interlangues, Mémoires Identités, Territories), consacre
un de ses prochains numéros (
juin 2017, numéro 16) à l’analyse de :

Les féminismes en Amérique latine
et dans les Caraïbes (XXe – XXIe s.)

Identités et enjeux

  • 15 Janvier 2017 : Réception des propositions

  • 15 Mai 2017 : Réception définitive des articles pour publication, après évaluation par le comité de lecture

Langues utilisées : espagnol, français, anglais, portugais.

Un résumé de 1000 caractères environ devra nous être adressé avant le 15 janvier 2017.

Merci de mentionner vos coordonnées professionnelles et de joindre un CV succinct (liste de vos publications des 5 dernières années).

Envoi des propositions:  amerika@revues.org
Nathalie Ludec
Néstor Ponce

Les articles définitifs (40 000 signes au maximum) seront à remettre avant le 15 mai 2017

Après acceptation de la proposition, l’article sera soumis au comité de lecture, qui décidera de sa publication sans avoir à justifier de sa décision. Si l’article ne respecte pas la feuille de style, celui-ci sera renvoyé à l’auteur pour faire les modifications nécessaires. Les auteurs s’engagent à réserver à la revue l’exclusivité de l’article et à autoriser sa publication en ligne. En cas de plagiat, les auteurs seront tenus pour seuls responsables. Dans le respect des droits d’auteur, l’intégration de photos ou de photogrammes doit s’accompagner de la demande autorisation à l’ayant droit.

Pour les NORMES DE PUBLICATION, consulter le lien ci-joint : http://amerika.revues.org/749

Thème et problématique

La lutte pour l’émancipation des femmes est un processus lent qui s’est développé en vagues successives. Le féminisme latino-américain des années 60 et 70, marqué par des influences européennes et nord-américaines, est majoritairement composé de femmes des classes moyennes, parfois issues des mouvements révolutionnaires de la fin des années 60 (Mouvement étudiant de 1968). Peu à peu les militantes féministes se rapprochent des mouvements populaires où les femmes sont engagées sur le plan politique, syndical, religieux. La phase révolutionnaire et radicale fait place ensuite à une professionnalisation et une institutionnalisation du féminisme dans les années 90 qui amorcent la vague « ONUsienne » du « genre », selon J. Falquet (2007), marquée par un engouement pour le concept de « genre ». Parallèlement, s’organisent des rencontres féministes continentales qui témoignent d’un féminisme panaméricain, (1981, à Bogota (Colombie); 1983, Lima (Pérou); 1985, Bertioga (Brésil); 1987, à Taxco (Mexique); 1990 San Bernardo (Argentina), etc.1) (Landa, 2016).

Depuis l’euphorie des années 70, en passant par l’institutionnalisation des années 80-90 et son essoufflement des années 2000, le féminisme latino-américain s’inscrit depuis le début du XXIe s. dans une double proposition politique, à la fois autour d’un socle commun, de questions non résolues (les droits reproductifs, une maternité et une sexualité libres, la lutte contre la violence) et de nouvelles propositions qui se déclinent selon une perspective de classe et d’ethnie, de la part des féministes indiennes et afro-descendantes, sous un angle décolonial.

L’objectif de ce dossier est d’étudier les différentes modalités d’expression (cyberféminisme, marches pacifiques, activisme public) et manifestations du féminisme latino-américain ainsi que ses représentations (arts visuels, littérature, médias) dans ses particularités actuelles, en tâchant d’évaluer les résistances qui proviennent de la société civile et/ou des institutions (État, Église).

Il ne s’agit pas ici de retracer l’histoire du féminisme latino-américain mais d’analyser ce qui constitue aujourd’hui son identité, sa spécificité, à l’échelle nationale ou continentale, à travers ses mobilisations et ses représentations, dans un contexte politique et économique déterminé. L’analyse peut être envisagée également sous un angle comparatiste.

Par ailleurs, la section « Mélanges » de la revue accueille toute étude inédite sur les Amériques.

Détails en PDF

 

Le CReAAH recrée en 3D une plantation jésuite et son environnement en Guyane Française

Découverte en 1988, la plantation sucrière de Loyola, exploitée par les jésuites en Guyane française à partir de 1668, est une grande plantation de l’histoire coloniale située à Rémire-Montjoly. Durant des fouilles, les archéologues ont découvert les vestiges de la maison de maître et des dépendances habituellement associées, telles que la chapelle et son cimetière, l’atelier de forgeron, le moulin à vent, les entrepôts pour le café et l’indigo etc…
bbdbadhj

eajaidbd

geaaeccj
Le Conservatoire Numérique du Patrimoine Archéologique de l’Ouest (CNPAO) a décidé de se pencher sur ce site, qui couvre plus de 1000 hectares, et son histoire. Le CNPAO est un organisme de recherche français dont l’objectif général est d’assurer la conservation des données archéologiques numériques, et de fournir une expertise en matière de production, d’analyse, de visualisation et de techniques d’exploration en réalité virtuelle. Créé au sein du Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire (CReAAH – UMR6566) main dans la main avec l’Institut de Recherche en Informatique et Systèmes Aléatoires (IRISA – UMR 6074), ce projet interdisciplinaire dont je suis responsable est composé d’ingénieurs et de chercheurs en archéologie, informatique, réalité virtuelle et interactions 3D en environnements virtuels. Guidé par des archéologues québécois spécialistes du site, le CNPAO a conçu une restitution 3D intégrée dans une plate-forme de réalité virtuelle afin de permettre le développement d’une meilleure compréhension de la plantation et de son paysage environnant. L’objectif est notamment de proposer à l’archéologue, immergé dans un environnement visuel et sonore très vaste, des possibilités de navigation et d’action sur l’évolution de la lumière du soleil au cours d’une journée.

jdifaihb

maisonmaitre

Ces outils, premiers d’une liste en cours de constitution, visent à apporter des réflexions sur le fonctionnement de ce site majeur et sont décrits dans un article scientifique intitulé « 3D reconstitution of the loyola sugar plantation and virtual reality applications« .

Jean-Baptiste Barreau
CReAAH

Soutenance de thèse de Solen Le Clec’h

L’IDA Rennes a le plaisir de vous annoncer la soutenance de thèse de Solen Le Clec’h, doctorante en géographie au laboratoire COSTEL – LETG ancienne bénéficiaire d’un contrat doctoral « fléché » IdA.  A ce titre, elle a été la coordinatrice du pôle Brésil de l’IdA (USP) durant les trois années de son contrat.

La soutenance aura lieu le jeudi 20 octobre 2016 à 14h à l’Université Rennes 2, Salle des thèses située au 7ème étage du bâtiment de la Présidence.

Titre de la thèse (Géographie) : « Spatialisation des services écosystémiques en contexte de front pionnier amazonien. Analyse critique d’un outil de gestion environnementale » (résumé ci-joint).

Directeur de thèse : M. Johan OSZWALD, Maître de conférence habilité, Université Rennes 2

Co-directrice : Neli Ap. de Mello-Théry, Professeur,  Universidade de São Paulo (USP)

Composition du jury :

Lilian Blanc, Directeur de recherche, CIRAD – Rapporteur

Thierry Joliveau, Professeur, Université de Saint Etienne–Rapporteur

Nicolas Dendoncker, Professeur, Université de Namur –Examinateur

Sander Jacobs, Chargé de recherche, Institut de Recherche pour la Nature et la Forêt (INBO) –Examinateur

Matthieu Noucher, Chargé de recherche, CNRS –Examinateur

Neli Ap. de Mello-Théry, Professeur,  Universidade de São Paulo (USP)  –Co-directrice de thèse

Johan Oszwald, Maître de conférence habilité, Université Rennes 2 –Directeur de thèse

Résumé

Pour mettre en œuvre les services écosystémiques, notion clé de la gestion environnementale, de plus en plus d’acteurs se tournent vers la quantification et la spatialisation. Par sa dimension opérationnelle qui semble être naturelle pour beaucoup d’acteurs, la cartographie des services écosystémiques est souvent considérée comme un outil déjà opérant et neutre. Or, la représentation cartographique implique des choix qui ne sont pas neutres. En soulevant des doutes et des limitations techniques, qui reflètent bien souvent des failles de la notion, la cartographie peut aussi être considérée comme une manière d’analyser de façon critique la notion. Cette thèse vise ainsi à étudier l’outil cartographique appliqué aux services écosystémiques afin de comprendre son apport potentiel pour la gestion environnementale. Pour ce faire, elle analyse de manière critique la dimension méthodologique de la notion de services écosystémiques et de sa cartographie. En outre, elle cherche à favoriser la compréhension des liens entre pratiques anthropiques et l’état du milieu naturel, notamment en déterminant les facteurs de contrôle qui permettent de quantifier les services. Cette thèse s’appuie sur le cas des espaces de déforestation en Amazonie brésilienne où les modifications paysagères sont rapides et récentes. A partir d’images satellites à haute et moyenne résolution spatiale et de relevés de terrain, des méthodes statistiques sont appliquées afin de cartographier un ou plusieurs indicateurs de services. Les résultats obtenus permettent de comprendre la répartition et la structuration spatiale de ces indicateurs, en relation avec l’appropriation de l’espace par les exploitants agricoles et avec les éléments structurels du territoire. Ils soulignent également les limitations et les enjeux sous-jacents à la notion de services écosystémiques et son impact sur leur mise en application.

Mots clés :
Services écosystémiques, déforestation, gestion environnementale, cartographie, statistiques, télédétection, front pionnier, Amazonie brésilienne

Journée d’études Jeunes Chercheurs : « Mobilités mémorielles : entre oralité et écriture »

La Journée d’études Jeunes Chercheurs d’ERIMIT (Equipe de Recherches Interlangues « Mémoires, Identités, Territoires ») aura lieu le 15 novembre à l’Université de Rennes 2 (Salle E224-E225) et aura pour thème « Mobilités mémorielles : entre oralité et écriture ».

Comité d’organisation :
Solenne Derigond (Doctorante ERIMIT)
Pauline Champagnat (Doctorante ERIMIT)
Rita Olivieri-Godet (PR Rennes 2- ERIMIT/IUF)

9h00-9h15: accueil des participants.

9h15-9h30: Ouverture.

9h30: David Morales (Doctorant Rennes 2-ERIMIT)

Les productions textuelles de Quince Duncan et Ana Cristina Rossi : espaces d’énonciation qui exaltent les traditions orales et écrites Afro-Costariciens

9h50: Elias Vidal Filho (Doctorant-Université Sorbonne Nouvelle)

De l’oralité à l’écriture : la construction de l’identité dans Deux Frères, de Milton Hatoum

10h10: Solenne Derigond (Doctorante Rennes 2-ERIMIT)

Du folheto à la literatura de cordel, d’une expression culturelle traditionnelle à une tradition nationale brésilienne.

10h30-10h50: Débat.

10h50-11h: Pause café.

11h-11h20: Vanessa Massoni (Universidade Federal Fluminense-Brésil)

« Éclairer ma nuit et la nuit des miens » : le travail de la mémoire culturelle et ses enjeux au sein de récits post-coloniaux caribéens

11h20-11h40: Maelle Mériaux (Doctorante Rennes 2-ERMINE)

Les archives orales en ethnobotanique de la Haute-Bretagne : leur place dans la conservation et la valorisation des patrimoines.

11h40-12h : Anais Fouilleux (Master Les Amériques, Rennes 2-ERIMIT)

L’oralité dans Kuessipan de Naomi Fontaine et dans Metade cara metade máscara d’Eliane Potiguara

12h-12h20 : Débat

12h20-14h15: Repas

14h15-14h35: Virginia De La Cruz Lichet (Doctorante Rennes 2-ERIMIT)

Déplacements et jeux d’échec. Territoire et identité américaine. Parole, image et écriture dans l’art contemporain en Amérique.

14h35-14h55 : Pauline Champagnat (Doctorante Rennes 2-ERIMIT)

La récupération de la mémoire culturelle héritée de l’esclavage dans Becos da Memória et Ponciá Vicêncio de Conceição Evaristo

14h55-15h10: Débat

15h10-15h20 : Pause café

15h20-15h40 : Karine Michel (Doctorante Rennes 2-ERIMIT- TRIANGLE)

La philosophie arabe à l’âge classique : vecteur particulier d’une mémoire historique universelle ?

15h40-16h: Mireille Garcia (Post-doctorante Rennes 2-ERIMIT)

Quand la tradition orale détermine la forme du récit : le “syndrome de Shéhérazade” dans Récit d’un certain Orient, de Milton Hatoum

16h-16h15: Débat.

16h15-17h15 : Conférencier invité (présenté par Rita Olivieri-Godet)

Paulo Iumatti (Instituto de Estudos Brasileiros/USP-Brésil)

La présence des chanteurs afro-brésiliens dans la formation d'un genre de transition entre  oralité et écriture: le “marco” (1870-1930).

(Questions incluses)

17h15 : Café et clôture de la journée d’étude.

Journée d’études : « Les mises en scène de l’événement »

 

Cette journée d’étude aura lieu le 27 avril 2017.

Équipe de Recherche Interlangues Mémoires Identités Territoires (EA 4327), Rennes 2
Composante  REcherches sur les Espaces Hispanophones et Lusophones (REEHL)

Présentation
Cette troisième journée d’étude ( JE 1  » L’après-coup de l’événement »; JEII « Une lecture globale de l’événement local ») se propose de poursuivre la réflexion sur « L’événement et sa transmission » en se  penchant sur les mises en scène de l’événement [1].

Cette perspective est double car elle s’appuie sur deux pôles, le pôle de la production et celui de la réception. Le premier pôle englobe différents domaines, l’espace public, l’espace économique, les médias, les arts au sens large, les institutions, l’école par exemple. Le second convoque différents destinataires: le citoyen, le lecteur, le consommateur, l’élève.

La mise en scène de l’événement s’inscrit dans une triple temporalité (passé, présent, futur) qui peut répondre à un dessein politique ou à une attente d’un public donné. L’événement se (ré)actualise  selon un contexte et des conditions particulières (raisons politiques, éthiques, économiques) tout en accordant une place prépondérante à sa réception. La mise en scène devient elle-même événement.

Les études proposées s’inscriront dans l’aire ibérique et ibéro-américaine.

Organisation
Toute proposition, accompagnée d’un résumé (400 mots) et d’un bref CV, devra être adressée avant le 16 décembre.

Contact :   Nathalie Ludec


[1] – Patrick Charaudeau, Le discours d’information médiatique: la construction du miroir social, Paris, Nathan, 1997.
– Michel de Certeau, « Pour une nouvelle culture. Le pouvoir de parler», Études 5/2008 (Tome 408), p. 628-635
– Barthélémy Michel. « Événement et espace public : l’affaire Carpentras ». In: Quaderni, n°18, Automne 1992. Les espaces publics. pp. 125-140. DOI : 10.3406/quad.1992.975  www.persee.fr/doc/quad_0987-1381_1992_num_18_1_975

A la MIR – Genre et dictature dans le cinéma brésilien

Le Collectif Brésil vous propose le mercredi 19 octobre à la MIR (7 quai Chateaubriand à Rennes) dans le cadre du cycle Découverte du Brésil à travers le cinéma une rencontre dédicace avec Alberto da Silva autour de son ouvrage Genre et dictature dans le cinéma brésilien (éditions hispaniques ) à  18h 30 autour d’un verre.  L »entrée est gratuite.
 
Cette rencontre sera suivi de la projection d’un documentaire d’Anita Leandro Retratos de identificaçao (Photos d’identification, 2014) en Vostfr à 20h  suivi d’un débat avec Alberto da Silva ce même mercredi ( entrée : 5 euros)

Le film
 
Parmi les nombreuses victimes de la dictature militaire qui sévit au Brésil de 1964 à 1985, un petit groupe de combattants de la guérilla, Chael, Roberto, Reinaldo et Dora, sont arrêtés, torturés, certains tués ou contraints à l’exil. Avant, après leur arrestation, pendant les séances de torture, la police les a photographiés. Accompagnées de rapports officiels, ces images forment la matière qu’Anita Leandro travaille de l’intérieur pour faire sortir de l’oubli le destin de ces quatre-là.
 
Alberto da Silva, maitre  de conférence à la Sorbonne et à Rennes 2  est spécialisé dans le cinéma brésilien.
 
Pendant les années 1960 et 1970, tandis que les sociétés occidentales bouillonnent et se transforment, certains pays d’Amérique ;atine basculent vers des régimes conservateurs et autoritaires. Au Brésil, la dictature est instaurée en 1964, à la suite d’un coup d’État mené par les forces armées, avec le soutien d’une partie de la société civile. Le pays poursuit son processus de transformation, dans une tension entre archaïsme et modernité. Face à la promotion du modèle patriarcal par le pouvoir dictatorial, des critiques se développent, en particulier dans le champ cinématographique. Ce livre explore l’histoire croisée du Brésil et de son cinéma. Dans son travail, l’auteur s’est appuyé sur une riche recherche filmographique couvrant toute la période de la dictature, des années 1960 au milieu des années 1980. Il propose l’analyse détaillée de nombreux films de cette période, en particulier ceux d’Ana Carolina et Arnaldo Jabor, tout en tenant compte du contexte de production et de réception des films, pour comprendre les représentations du masculin et du féminin.