Archives de catégorie : Vie culturelle

1er décembre [Journée d’études – vernissage] Livres et revues d’artistes : une perspective brésilienne

LIVRES ET REVUES D’ARTISTES :
UNE PERSPECTIVE BRÉSILIENNE

Vendredi 1er décembre.
Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne
Salle 005

Cette journée, qui croise les points de vue d’universitaires et d’artistes, est consacrée à l’histoire encore récente des publications d’artistes au Brésil. On se propose d’étudier ses continuités et ses ruptures en la situant dans ses différents contextes politiques et sociaux : des travaux des pionniers aux pratiques les plus récentes, ces publications présentent une diversité de déclinaisons formelles, travaillent des formes discursives variées et proposent des expériences sensorielles dans la pratique de la lecture. Écho des évolutions de la société brésilienne, ces livres et revues, qui constituent dans le contexte politique actuel troublé un espace de résistance critique, se développent aujourd’hui autant dans le cadre de maisons d’édition indépendantes que dans celui des recherches universitaires.

Cette journée d’études est organisée à l’occasion de l’exposition «  Livres et revues d’artistes : une perspective brésilienne » présentée au Cabinet du livre d’artiste de Rennes du 30 novembre 2017 au 8 février 2018, dans le cadre du programme de recherche « Écritures et paroles d’artistes : contributions aux scènes artistiques contemporaines d’Amérique latine » (MSHB) coordonné par Laurence Corbel.

PROGRAMME

Matinée

  • 10h00 > Accueil
  • 10h15 > Laurence Corbel (Université de Rennes 2) : « Livres et revues d’artistes au Brésil : entre local et global »
  • 11h00 > Paulo Silveira (Universidade Federal do Rio Grande do Sul) : « Les publications d’artistes au Brésil : un espace alternatif pour l’art »
  • 11h45 > Eduardo Jorge (Université de Zürich) : « Poemóbiles (1968-1974), Re-Duchamp (1976), Vivavaia (1949-1979) : Augusto de Campos ou le livre par soustraction »
  • 12h00-12h30 > Discussion

Après-midi

  • 14h30 > Amir Brito Cadôr (Escola de Bela Artes, Belo Horizonte/UFMG) : « Fictions at Work in Artists’ Books »
  • 15h15 > Antoine Lefebvre (artiste, éditeur) : « ARTZINES, le numéro brésilien »
  • 16h00 > Regina Melim (Universidade do Estado de Santa Catarina – UDESC) : « Plataforma Par(en)tesis : l’édition comme pratique artistique »
  • 16h30-17h00 > Discussion 

Lieu : Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne, 2 avenue Gaston Berger, Rennes.

Nombre de places limitées. Inscription recommandée par courriel avant le 28 novembre 2017 à laurence.corbel@univ-rennes2.fr

Remerciements à Aurélie Noury, coordonnatrice du Cabinet du livre d’artiste.

Cette journée est organisée avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne et le laboratoire Pratiques et théories de l’art contemporain (Rennes 2)

Vernissage

EXPOSITION DU 30 NOVEMBRE 2017 AU 8 FÉVRIER 2018
VERNISSAGE JEUDI 30 NOVEMBRE À 18H
COMMISSARIAT LAURENCE CORBEL ET PAULO SILVEIRA

« Livres et revues d’artistes : une perspective brésilienne » offre l’occasion de découvrir une dimension de la scène artistique brésilienne encore méconnue en France. Cette exposition, qui constitue une première dans l’hexagone, propose à travers une large sélection de publications, un aperçu des tendances qui caractérisent la production brésilienne actuelle à laquelle sont associés quelques ouvrages, qui marquent les prémices de l’histoire brésilienne du livre d’artiste. Sont réunies un peu moins d’une centaine de publications, livres et revues d’artistes réalisés sur une période de plus de six décennies qui rassemblent les travaux de plusieurs générations d’artistes : des pionniers comme Wlademir Dias-Pino, Augusto de Campos, Julio Plaza, Paulo Bruscky, José Resende, Waltercio Caldas et Regina Silveira aux héritiers – Fabio Morais, Lucia Mindlin Loeb, Marilá Dardot, Fabio Zimbres, parmi d’autres – qui expérimentent les supports du livre et de la revue.

L’exposition est organisée dans le cadre du programme de recherche « Écritures et paroles d’artistes : contributions aux scènes artistiques contemporaines d’Amérique latine » (MSHB), coordonné par Laurence Corbel.

CABINET DU LIVRE D’ARTISTE. Université Rennes 2 | Campus Villejean | Bât. Érève, M° Villejean Université

Place du Recteur Henri Le Moal, CS 24307, 35043 Rennes cedex, 0299141586 | 0660487696
Le CLA est ouvert du lundi au jeudi de 11h à 17h hors vacances universitaires et également sur rendez-vous.

 

7 novembre [Evénements ERIMIT – Master les Amériques] Rencontres littéraires avec Graça GRAÚNA

UNIVERSITE RENNES 2 /ERIMIT/IUF
MASTER LES AMERIQUES
DEPARTEMENT DE PORTUGAIS
COLLECTIF BRESIL DE RENNES

RENCONTRES LITTERAIRES AVEC GRAÇA GRAÚNA
Écrivaine amérindienne d’origine Potiguara (Brésil)

 

 

  • MARDI 7 novembre 2017, 14h45-16h45
    Université Rennes 2, salle L 119
    Dans le cadre du séminaire de Master de Rita Godet
    « Les Amérindiens et la littérature brésilienne contemporaine: représentations et voix amérindiennes»
  • MARDI 7 novembre 2017, 18h
    Au Quai 13 (ex Lanterne), 13 quai Lamennais
    Rencontre littéraire avec le public rennais
    En partenariat avec le Collectif Brésil de Rennes

13 octobre – Rencontres avec l’écrivaine brésilienne Guiomar De Grammont

Dans le cadre du séminaire du Master Les Amériques « Approches
culturelles et représentations esthétiques » (Rita Godet) une rencontre est organisée avec l’écrivaine brésilienne Guiomar De Grammont :

VENDREDI 13 OCTOBRE 2017

10h45-12h45, en salle L142 à l’Université Rennes 2

« Histoire et fiction » dans Les Ombres de l’Araguaia (Métailié, 2017)

 

Et en collaboration avec le Collectif Brésil de Rennes une autre rencontre est organisée cette même journée :

VENDREDI 13 OCTOBRE 2017

A 18h, à l’Espace Ouest-France 38, rue du Pré-Botté à Rennes

Rencontre littéraire avec Guiomar de Grammont

 

Pour plus d’informations : consultez le document

Écritures nomades : trois écrivains argentins en France

L’association Travesias, l’ERIMIT (Rennes 2) et le CAER (Aix-Marseille), organisent, le 18 janvier 2017 à 19h, la soirée « Écritures nomades: trois auteurs argentins en France ».
unnamed
La soirée mettre en lumière trois auteurs argentins qui vivent et écrivent en France. Chacun a fait et fait encore l’expérience de la distance, du déplacement, de l’écriture de l’entre-deux. Exil choisi, exil subi – Ariana Harwicz a choisi de s’installer en 2007 en France pour ses études, Néstor Ponce et Pablo Nemirovsky ont dû quitter leur pays pendant la dictature militaire des années 70 – tous trois se recréent et créent depuis « l’autre côté ». Le temps d’une soirée, ils se prêteront à une conversation croisée autour de leur écriture nomade et exploreront les liens entre l’exil, la distance et l’écriture. L’occasion d’aborder l’entre-deux linguistique et le problème de la traduction, de s’interroger sur la question de l’identité des auteurs (auteurs français  ou argentins ?) et sur l’insertion de leur œuvre dans un corpus (corpus national argentin, corpus nomade ou corpus « monde » ?). Ces réflexions seront ponctuées d’intermèdes musicaux improvisés sur des lectures d’extraits de leurs textes.
soireemiraffichev51

Cinéma – Soirée sur les Quilombos

Le collectif Brésil propose le mercredi 23 novembre 20h à la Mir à la projection de deux documentaires sur les Quilombos. Le quilombo se confond avec l’histoire des esclaves noirs venus d’Afrique, des communautés issus du marronnage. C’était un territoire libre ou se réfugiaient les esclaves en fuite. Ils y ont longtemps vécu dans la clandestinité en développant des rapports communautaires  particuliers permettant de transmettre la culture noire. Ces territoires  aujourd’hui revendiqués par leurs descendants  sont dans certains cas, le lieu d’expérience d’autogestion en milieu rural.
 
Caixa d’agua de Everlane Moraes et Invencoes democraticas no quilombo de Laura del Rey en VOSTF sont deux documentaires qui illustrent ce sujet. La discussion sera assurée par Marisa de Souza , descendante de quilombolas et qui a réalisé un travail universitaire sur le sujet à Rennes 2
Une bonne manière de célébrer la journée de la conscience noire qui a lieu le 19 novembre au Brésil !

Les séances auront lieu à La Mir , 7 quai Chateaubriand à Rennes à 20h (Vost). Le tarif est de 5 euros par séance.

A la MIR – Genre et dictature dans le cinéma brésilien

Le Collectif Brésil vous propose le mercredi 19 octobre à la MIR (7 quai Chateaubriand à Rennes) dans le cadre du cycle Découverte du Brésil à travers le cinéma une rencontre dédicace avec Alberto da Silva autour de son ouvrage Genre et dictature dans le cinéma brésilien (éditions hispaniques ) à  18h 30 autour d’un verre.  L »entrée est gratuite.
 
Cette rencontre sera suivi de la projection d’un documentaire d’Anita Leandro Retratos de identificaçao (Photos d’identification, 2014) en Vostfr à 20h  suivi d’un débat avec Alberto da Silva ce même mercredi ( entrée : 5 euros)

Le film
 
Parmi les nombreuses victimes de la dictature militaire qui sévit au Brésil de 1964 à 1985, un petit groupe de combattants de la guérilla, Chael, Roberto, Reinaldo et Dora, sont arrêtés, torturés, certains tués ou contraints à l’exil. Avant, après leur arrestation, pendant les séances de torture, la police les a photographiés. Accompagnées de rapports officiels, ces images forment la matière qu’Anita Leandro travaille de l’intérieur pour faire sortir de l’oubli le destin de ces quatre-là.
 
Alberto da Silva, maitre  de conférence à la Sorbonne et à Rennes 2  est spécialisé dans le cinéma brésilien.
 
Pendant les années 1960 et 1970, tandis que les sociétés occidentales bouillonnent et se transforment, certains pays d’Amérique ;atine basculent vers des régimes conservateurs et autoritaires. Au Brésil, la dictature est instaurée en 1964, à la suite d’un coup d’État mené par les forces armées, avec le soutien d’une partie de la société civile. Le pays poursuit son processus de transformation, dans une tension entre archaïsme et modernité. Face à la promotion du modèle patriarcal par le pouvoir dictatorial, des critiques se développent, en particulier dans le champ cinématographique. Ce livre explore l’histoire croisée du Brésil et de son cinéma. Dans son travail, l’auteur s’est appuyé sur une riche recherche filmographique couvrant toute la période de la dictature, des années 1960 au milieu des années 1980. Il propose l’analyse détaillée de nombreux films de cette période, en particulier ceux d’Ana Carolina et Arnaldo Jabor, tout en tenant compte du contexte de production et de réception des films, pour comprendre les représentations du masculin et du féminin.