Archives de catégorie : Vie culturelle

7 novembre [Evénements ERIMIT – Master les Amériques] Rencontres littéraires avec Graça GRAÚNA

UNIVERSITE RENNES 2 /ERIMIT/IUF
MASTER LES AMERIQUES
DEPARTEMENT DE PORTUGAIS
COLLECTIF BRESIL DE RENNES

RENCONTRES LITTERAIRES AVEC GRAÇA GRAÚNA
Écrivaine amérindienne d’origine Potiguara (Brésil)

 

 

  • MARDI 7 novembre 2017, 14h45-16h45
    Université Rennes 2, salle L 119
    Dans le cadre du séminaire de Master de Rita Godet
    « Les Amérindiens et la littérature brésilienne contemporaine: représentations et voix amérindiennes»
  • MARDI 7 novembre 2017, 18h
    Au Quai 13 (ex Lanterne), 13 quai Lamennais
    Rencontre littéraire avec le public rennais
    En partenariat avec le Collectif Brésil de Rennes

13 octobre – Rencontres avec l’écrivaine brésilienne Guiomar De Grammont

Dans le cadre du séminaire du Master Les Amériques « Approches
culturelles et représentations esthétiques » (Rita Godet) une rencontre est organisée avec l’écrivaine brésilienne Guiomar De Grammont :

VENDREDI 13 OCTOBRE 2017

10h45-12h45, en salle L142 à l’Université Rennes 2

« Histoire et fiction » dans Les Ombres de l’Araguaia (Métailié, 2017)

 

Et en collaboration avec le Collectif Brésil de Rennes une autre rencontre est organisée cette même journée :

VENDREDI 13 OCTOBRE 2017

A 18h, à l’Espace Ouest-France 38, rue du Pré-Botté à Rennes

Rencontre littéraire avec Guiomar de Grammont

 

Pour plus d’informations : consultez le document

Écritures nomades : trois écrivains argentins en France

L’association Travesias, l’ERIMIT (Rennes 2) et le CAER (Aix-Marseille), organisent, le 18 janvier 2017 à 19h, la soirée “Écritures nomades: trois auteurs argentins en France”.
unnamed
La soirée mettre en lumière trois auteurs argentins qui vivent et écrivent en France. Chacun a fait et fait encore l’expérience de la distance, du déplacement, de l’écriture de l’entre-deux. Exil choisi, exil subi – Ariana Harwicz a choisi de s’installer en 2007 en France pour ses études, Néstor Ponce et Pablo Nemirovsky ont dû quitter leur pays pendant la dictature militaire des années 70 – tous trois se recréent et créent depuis « l’autre côté ». Le temps d’une soirée, ils se prêteront à une conversation croisée autour de leur écriture nomade et exploreront les liens entre l’exil, la distance et l’écriture. L’occasion d’aborder l’entre-deux linguistique et le problème de la traduction, de s’interroger sur la question de l’identité des auteurs (auteurs français  ou argentins ?) et sur l’insertion de leur œuvre dans un corpus (corpus national argentin, corpus nomade ou corpus « monde » ?). Ces réflexions seront ponctuées d’intermèdes musicaux improvisés sur des lectures d’extraits de leurs textes.
soireemiraffichev51

Cinéma – Soirée sur les Quilombos

Le collectif Brésil propose le mercredi 23 novembre 20h à la Mir à la projection de deux documentaires sur les Quilombos. Le quilombo se confond avec l’histoire des esclaves noirs venus d’Afrique, des communautés issus du marronnage. C’était un territoire libre ou se réfugiaient les esclaves en fuite. Ils y ont longtemps vécu dans la clandestinité en développant des rapports communautaires  particuliers permettant de transmettre la culture noire. Ces territoires  aujourd’hui revendiqués par leurs descendants  sont dans certains cas, le lieu d’expérience d’autogestion en milieu rural.
 
Caixa d’agua de Everlane Moraes et Invencoes democraticas no quilombo de Laura del Rey en VOSTF sont deux documentaires qui illustrent ce sujet. La discussion sera assurée par Marisa de Souza , descendante de quilombolas et qui a réalisé un travail universitaire sur le sujet à Rennes 2
Une bonne manière de célébrer la journée de la conscience noire qui a lieu le 19 novembre au Brésil !

Les séances auront lieu à La Mir , 7 quai Chateaubriand à Rennes à 20h (Vost). Le tarif est de 5 euros par séance.

A la MIR – Genre et dictature dans le cinéma brésilien

Le Collectif Brésil vous propose le mercredi 19 octobre à la MIR (7 quai Chateaubriand à Rennes) dans le cadre du cycle Découverte du Brésil à travers le cinéma une rencontre dédicace avec Alberto da Silva autour de son ouvrage Genre et dictature dans le cinéma brésilien (éditions hispaniques ) à  18h 30 autour d’un verre.  L”entrée est gratuite.
 
Cette rencontre sera suivi de la projection d’un documentaire d’Anita Leandro Retratos de identificaçao (Photos d’identification, 2014) en Vostfr à 20h  suivi d’un débat avec Alberto da Silva ce même mercredi ( entrée : 5 euros)

Le film
 
Parmi les nombreuses victimes de la dictature militaire qui sévit au Brésil de 1964 à 1985, un petit groupe de combattants de la guérilla, Chael, Roberto, Reinaldo et Dora, sont arrêtés, torturés, certains tués ou contraints à l’exil. Avant, après leur arrestation, pendant les séances de torture, la police les a photographiés. Accompagnées de rapports officiels, ces images forment la matière qu’Anita Leandro travaille de l’intérieur pour faire sortir de l’oubli le destin de ces quatre-là.
 
Alberto da Silva, maitre  de conférence à la Sorbonne et à Rennes 2  est spécialisé dans le cinéma brésilien.
 
Pendant les années 1960 et 1970, tandis que les sociétés occidentales bouillonnent et se transforment, certains pays d’Amérique ;atine basculent vers des régimes conservateurs et autoritaires. Au Brésil, la dictature est instaurée en 1964, à la suite d’un coup d’État mené par les forces armées, avec le soutien d’une partie de la société civile. Le pays poursuit son processus de transformation, dans une tension entre archaïsme et modernité. Face à la promotion du modèle patriarcal par le pouvoir dictatorial, des critiques se développent, en particulier dans le champ cinématographique. Ce livre explore l’histoire croisée du Brésil et de son cinéma. Dans son travail, l’auteur s’est appuyé sur une riche recherche filmographique couvrant toute la période de la dictature, des années 1960 au milieu des années 1980. Il propose l’analyse détaillée de nombreux films de cette période, en particulier ceux d’Ana Carolina et Arnaldo Jabor, tout en tenant compte du contexte de production et de réception des films, pour comprendre les représentations du masculin et du féminin.

Découverte du brésil à travers le cinéma

Le collectif Brésil, qui fédère depuis 2005 8 associations autour des initiatives individuelles et collectives  visant à promouvoir la culture brésilienne  dans un souci de mixité culturelle, propose la 9° édition de Découverte du Brésil à travers le cinéma, du 21 septembre au 23 novembre à Rennes, à la maison internationale de Rennes (Mir). Cette année, nous mettons l’accent sur les luttes sociales et politiques qu’a connues le Brésil et qu’il vit encore aujourd’hui .
Nous découvrirons  Betinho (Herbert de Souza) un humaniste très important au Brésil qui a toujours lutté pour la justice sociale et inspiré la fameuse réforme de la Bolsa familia . Nous aurons aussi une réflexion sur la dictature avec le documentaire d’Anita Leandro (Retratos de identificaçao). Les luttes aujourd’hui sont aussi celles des afro descendants  et de la lutte pour la terre qui dans les Quilombos proposent des expériences de démocratie autour d’un projet de culture paysanne (Invencoes democratica no quilombo). Cela ne nous empêchera pas de réfléchir au tourisme organisé dans les favelas (Em busca de um lugar comun) de Rio ou d’accompagner  Serginho, un adolescent qui cherche sa place dans un monde ou les parents, les amis font défaut (Absences)
Les séances auront lieu à La Mir , 7 quai Chateaubriand à Rennes à 20h (Vost). Le tarif est de 5 euros par séance.
21 septembre : Betinho , l’espoir funambule de  Victor Lopez
5 octobre  : Absence de Chico Teixeira
19 octobre : Retratos de Anita Leandro
9 novembre : Em busca de um lugar comum de Felipe Schultz Mussel
23 novembre :  Invencoes democratica no quilombo de L Calderoni
Le cycle sera accompagné de rencontres littéraires . Sont déjà prévus :

Alberto Da Silva  professeur de cinéma brésilien à la Sorbonne et auteur de Genre et dictature dans le cinéma brésilien. Les films d’Ana Carolina et Arnaldo Gabor et Hélène Seingier, coauteur de Génération Favela . Ces jeunes qui réinventent leurs quartiers.

Le 19 octobre, un ciné-débat est organisé  sur la dictature  au Brésil (informations à venir).

Le programme (flyer recto-verso)

  flyer-final-2016-ro flyer-final-2016-vo

Illustration : capture extraite du film Absence (2015), de Chico Teixeira, diffusé à la maison internationale de Rennes, le mercredi 5 octobre à 20h.
Serginho, 14 ans n’est plus un enfant et pas encore un homme. Il cherche sa place au sein d’un monde qui l’a obligé à grandir trop vite et à combler les absences .Mais comment faire quand on attend davantage de ses amis, de ses parents, de son patron , de son professeur et de son avenir ? Un film émouvant dans un Brésil ou il y a beaucoup de Serginho…
Le débat autour de ce film est assuré par Adriana Marquer de Oliveira, psychologue à Rennes