Archives de catégorie : Publication

Parution de l’ouvrage: Femmes En armes, Camille Boutron

À partir du 18 avril 2019, vous trouverez en librairie l’ouvrage de Camille Boutron. Publié aux Presses Universitaires de Rennes dans le cadre du partenariat éditorial avec l’Institut des Amériques.

Femmes en armes. Itinéraires de combattantes au Pérou (1980-2010)

Le monde combattant est-il exclusivement masculin ? L’émancipation féminine peut-elle s’obtenir par les armes ? À l’instar d’autres groupes armés du xxe siècle, les guérillas péruviennes ont pu compter sur une importante contribution féminine. Mais la participation des femmes au dernier conflit armé a souvent été analysée au seul prisme de leur engagement au sein du parti maoïste Sentier Lumineux. Elles s’y sont en effet distinguées en raison de leur présence au sein de la haute hiérarchie du parti. Converties en véritables objets d’opprobre public, les militantes « sendéristes » ont dès lors cristallisé l’attention accordée aux femmes combattantes, éclipsant les autres formes de participation des femmes au conflit. Proposant de dépasser l’effet de cristallisation qu’inspire l’image de la militante sendériste, cet ouvrage rend compte des multiples facettes de l’expérience combattante féminine. En retraçant différents itinéraires de vie de femmes ayant pris les armes pendant le conflit armé, il illustre les grands bouleversements ayant marqué la société péruvienne et offre un nouvel éclairage sur les moteurs de la violence politique. L’analyse de l’expérience combattante féminine ainsi présentée rompt avec les approches classiques sur la violence et les conflits armés, en situant les rapports de genre au coeur de sa problématique.

Camille Boutron est sociologue féministe et chercheuse à l’Institut des études stratégiques de l’École militaire (IRSEM). Ses travaux portent sur la participation des femmes aux conflits armés, la féminisation des institutions militaires, ainsi que sur les politiques internationales du genre dans le cadre de la paix et de la sécurité

Appel à publications [Amerika n° 19] TransCorporalités dans les littératures hispano-américaines ultra-contemporaines (2000-2018)

Le prochain numéro de la revue Amérika sera consacré aux Transcorporalités dans les littératures hispano-américaines ultra-contemporaines (2000-2018). Cette publication est une prolongation de la journée d’étude du même nom qui s’est tenue le 26 janvier 2017 à l’Université de Rennes 2 et qui conforme le second volet du projet TransLittératures/Transliteraturas visant à saisir le devenir des littératures hispano- américaines depuis le paradigme Trans. Ce projet est en partenariat avec l’Université de Rennes 2, l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle et l’Université Nationale de La Plata.

Pour lire le projet dans son intégralité : https://transliteraturas.wordpress.com/pagina-de-inicio-accueil/

Les propositions d’articles doivent comporter un maximum de 1 000 signes. Elles peuvent être présentées en espagnol, français, anglais, portugais.
Les normes pour la présentation des articles figurent dans notre revue Amerika. Les articles peuvent être présentés dans l’une ou plusieurs des langues suivantes : espagnol, français, anglais, portugais. 40.000 signes maximum (bibliographie et notes de bas de page comprises).

À envoyer à : amerika@openedition.org

Date limite de l’envoi des propositions d’article: 1er octobre 2018
Date limite de remise des articles (après acceptation du comité de lecture): 5 Novembre 2018
Publication des articles acceptés: janvier 2019

Pour retrouver l’appel à contribution complet : cliquez ici.

Les Cahiers Alhim [Publication] « Les peurs collectives en Amérique latine »

Les Cahiers Alhim  (Amérique latine Histoire et Mémoire), de l’Université de Paris 8,  viennent de publier :

 « Les peurs collectives en Amérique latine »

n°34, 2017, sous la direction de Nathalie Ludec (Université Rennes 2) et Perla Petrich (Université Paris 8).

Ce volume des Cahiers Alhim, parcourt le spectre des nouvelles peurs qui ébranlent les villes latino-américaines. Ces peurs, réelles ou imaginaires, s’enracinent dans une réalité « liquide » (Bauman, 2007), instable, qui constitue un véritable terreau qui nourrit la méfiance, renforce l’isolement et justifie tout type de contrôle.

Les articles de ce volume  dépassent l’analyse de cas, en mettant en évidence le danger, pour une société, de se laisser happer par des peurs imaginaires au lieu de faire face à des dangers bien réels. Pour contrecarrer la manipulation des peurs collectives, de la part de diverses instances du pouvoir, P. Boucheron (2017) propose d’élaborer “quelque chose comme une contre-politique de la peur”, “forme politique d’une alerte informée”, en mesure de réagir face aux dangers réels.

Pourrait-on imaginer, en Amérique latine, des sociétés où la peur serait traitée de façon responsable par les médias et les autorités, soit par les instances qui ont les moyens de briser la brèche sociale et culturelle, au cœur des peurs collectives? Ce volume ouvre des perspectives.

Revue Amerika [Appel à communication] Colombie 2017 : Identité, mémoire et représentations esthétiques en construction

Ce numéro 8 de la revue électronique Amerika propose une réflexion sur le rôle, de la littérature, du théâtre, de la littérature, du cinéma et de la philosophie en Colombie dans le contexte d’une longue période de violence qui, par la suite, a nécessité une étape de réflexion et de reconstruction. Aujourd’hui, ce pays est immergé dans un processus de paix qui met en questionnement l’histoire colombienne de ces dernières décennies ; une histoire qui nécessite d’être à nouveau écrite et pensée. La place des artistes, des écrivains, des cinéastes, des théoriciens joue un rôle fondamental dans ce processus de remémoration. Quelles stratégies ont été employées pour révéler ces réalités fragmentaires, mises en sourdine ou cachées ?

Date limite de l’envoi des propositions d’article : 10 avril 2018
Date limite de remise des articles (après acceptation du comité de lecture): 30 avril 2018

Les propositions d’articles doivent comporter un maximum de 1000 signes. Elles peuvent être présentées en espagnol, français, anglais, portugais.

Les normes pour la présentation des articles figurent dans notre revue Amerika. Les articles peuvent être présentés dans l’une ou plusieurs des langues suivantes : espagnol, français, anglais, portugais. 40.000 signes maximum (bibliographie et note de bas de page comprises).

A envoyer à : amerika@openedition.org et nestorponce35@yahoo.fr

Pour plus d’informations.

APPEL À COMMUNICATION – TransLittératures, TransCorporalités dans la littérature hispano-américaine (2000-2017)

Appel à communication pour le 30 Octobre 2017

TRANSLITTERATURES II: TRANSCORPORALITES DANS
LA LITTERATURE HISPANO-AMERICAINE (2000-2017)

Université Rennes 2 – vendredi 26 janvier 2018

Nous proposons d’étudier lors de cette journée d’étude la notion de corps depuis le concept trans : corps du texte, corps de l’œuvre, corps des personnages, corps de l’auteur, corpus, genre et gender. Le corps–physique des personnages et textuel des œuvres – devient une plateforme de mutations. Les personnages qui peuplent les œuvres hispano-américaines de l’ultra-contemporain semblent figurer la métamorphose, le devenir : ce sont des travestis, transsexuels, transgenres, queer ; qui délirent, en crise, malades, vulnérables, excentriques, transfuges, subalternes ; des personnages qui reviennent, des spectres, des fantômes, des revenants. Le corps des œuvres s’apparente à une projection formelle, esthétique, stylistique de ces mutations. Quelles relations se tissent entre le texte et le corps ? Que disent ces corps physiques et textuels mutants du contexte duquel ils émergent ? La TransCorporalités est-elle une spécificité littéraire hispano-américaine ? Fait-elle partie d’une tradition? L’objectif est d’évaluer l’opérativité du trans et ce qui est en jeu dans la construction des multiples corps de/dans la littérature depuis le contexte de l’extrême contemporain (2000-2017) et la mise en perspective de la réflexion dans une histoire de la littérature hispano-américaine.

Date : vendredi 26 janvier 2018
Lieu: Université Rennes 2

Les communications :

Les langues de communication sont le français et l’espagnol.
Les communications dureront 20 minutes et seront suivies directement d’un débat de 10 minutes.
Les auteurs acceptés enverront une ébauche de leur communication en format Handout (introduction, problématique, corpus, informations importantes, etc., max. 4 pages), trois semaines avant la Journée d’étude.
Les propositions seront compilées dans un Reader envoyé aux participants et intéressés, et imprimées pour la Journée d’étude. De cette façon, nous souhaitons créer une véritable réflexion commune lors de la Journée en approfondissant les ébauches de réflexion dont nous aurons tous pris connaissance à travers le Reader, en amont de la Journée.
Publication: La publication des articles est envisagée sous forme d’ouvrage collectif.
Modalités de participation : Les propositions de contribution de 300 mots maximum, rédigées en français ou en espagnol, accompagnées d’une bibliographie indicative et d’une brève notice bio bibliographique de l’auteur, le tout en format .pdf ou .doc, sont à envoyer au plus tard le 30 octobre 2017 à : transliteraturas@gmail.com
Les frais de transport et hébergement sont à la charge des participants.

Pour plus d’informations consultez ce document.

[PUBLICATION] Poètes et éditeurs : diffuser la poésie d’avant-garde américaine (depuis 1945)

C’est dans les cinquante dernières années du 20e siècle et dans la première décennie du 21e siècle que les enjeux pratiques liés à la diffusion de la poésie d’avant-garde ont été pris en considération.

Le paysage éditorial en mutation porte la poésie expérimentale jusqu’à la révolution numérique qui offre de nouvelles possibilités de composition comme de diffusion d’œuvres qui ne sont plus seulement textuelles, mais qui intègrent une dimension intermédiale et sont transformées par de nouveaux modes de performance poétique. Dans ce contexte où tout l’écosystème éditorial se modifie profondément, ces deux acteurs que sont les éditeurs et les poètes jouent sur de nouvelles stratégies de proximité et de confiance.

En adoptant, de manière inédite, un regard américain à l’échelle de tout un continent, les textes publiés ici éclairent les pratiques des avant-gardes poétiques de la fin du 20esiècle, leur édition et leur diffusion. Les articles de ce numéro d’IdeAs consacré à ces entreprises éditoriales à la fois marginales et fondamentales tentent d’apporter des éléments de réponse à la question de la mercantilisation de l’édition.

Dans ce numéro, les coordinatrices s’attachent à coprésenter des expériences éditoriales qui jusqu’à présent n’ont pas été envisagées comme facteur d’intégration d’une poésie américaine, polyglotte, cosmopolite et préoccupée de l’audibilité de voix plurielles. Sur ce continent prolifèrent des entreprises de démantèlement des réseaux conventionnels et de contestation des hégémonies économiques qui engendrent une poésie originale, mue par une aspiration permanente et enthousiasmante – jusque dans ses limites et ses échecs – à la communication avec le public. En quête continue de nouvelles modalités textuelles, technologiques et éditoriales, poètes, éditeurs et poètes-éditeurs cherchent à tisser les réseaux de cette communication.

En complément, le numéro 9 présente trois courts dossiers d’actualité  –  l’un consacré à l’entrée  des Etats-Unis dans la Première Guerre mondiale, le second proposant une analyse du célèbre « Vive le Québec Libre ! » du général de Gaulle et de ses conséquences, et le dernier offrant une réflexion sur les accords de paix en Colombie qui fait écho à l’année de la Colombie en France.

Le numéro propose également deux entretiens, le premier avec Orlando Ochoa, économiste à l’Universidad de los Andes (Colombie), qui analyse la situation économique actuelle du Vénézuela, et le second avec le guitariste Marc Ribot, conduit par Anna Aublet, doctorante à l’Université Paris Nanterre, partageant sa réflexion sur la poésie du poète américain Allen Ginsberg, membre fondateur de la Beat Generation. Huit comptes-rendus de lecture complètent ce numéro.

Consultez le numéro 9.

Consultez la revue en ligne Ideas, idées d’Amériques

Découvrez les publications de l’IdA

[PUBLICATION] “Les féminismes en Amérique latine et dans les Caraïbes (XXe-XXIe s): identités et enjeux”,

Les Cahiers Amerika , de l’Université de Rennes 2,  viennent de publier :

“Les féminismes en Amérique latine et dans les Caraïbes (XXe-XXIe s) : identités et enjeux”, n°16-2017.

La lutte pour l’émancipation des femmes est un processus lent qui s’est développé en vagues successives. Le féminisme latino-américain des années 70 et 80, marqué par des influences européennes et nord-américaines, est majoritairement composé de femmes des classes moyennes, mais peu à peu ses militantes se rapprochent des mouvements populaires où les femmes sont engagées sur le plan politique, syndical, religieux. La phase révolutionnaire et radicale fait place ensuite à une professionnalisation et une institutionnalisation du féminisme dans les années 90 qui amorcent la vague « ONUsienne » du « genre », selon J. Falquet (2007), marquée par un engouement pour le concept de “genre”. Parallèlement, s’organisent des rencontres féministes continentales qui témoignent d’un féminisme panaméricain, (1981, à Bogota (Colombie) ; 1983, Lima (Pérou) ; 1985, Bertioga (Brésil) ; 1987, à Taxco (Mexique) ; 1990 San Bernardo (Argentina), etc.) (Valdés, 2000 : 73 et Landa, 2016).

Depuis l’euphorie des années 70, en passant par l’institutionnalisation des années 80-90 et son essoufflement des années 2000, le féminisme latino-américain s’inscrit depuis le début du XXIe s. dans une double proposition politique, à la fois autour d’un socle commun, de questions non résolues (les droits reproductifs, une maternité et une sexualité libres, la lutte contre la violence) et de nouvelles propositions qui se déclinent selon une perspective de classe et d’ethnie, de la part des féministes indiennes et afro-descendantes, sous un angle décolonial.

L’objectif de ce dossier est d’étudier les différentes modalités d’expression (cyberféminisme, marches pacifiques, activisme public) et manifestations du féminisme latino-américain ainsi que ses représentations (arts visuels, littérature, médias) dans ses particularités actuelles, en tâchant d’évaluer les résistances qui proviennent de la société civile et/ou des institutions.

Les articles de ce dossier, tout en mettant en perspective l’histoire du féminisme latino-américain, proposent une analyse de ce qui constitue aujourd’hui son identité, sa spécificité, à l’échelle nationale ou continentale, à travers ses mobilisations et ses représentations, dans un contexte politique et économique déterminé.

Pour consulter la revue : par ici.

Nathalie Ludec
Amerika